Home
Site Map | Français | Contact Us

Media Advisory

October 3, 2011 For immediate release

Response to Le Devoir's article entitled "Une exposition sur les sables bitumineux financée par le lobby"

Josée Boileau
Rédactrice en chef
Le Devoir
2050, de Bleury, 9e étage
Montréal (Québec) H3A 3M9

Madame,

Il n'est pas malheureusement pas fréquent que Le Devoir s'intéresse à notre Musée et permettez moi de vous exprimer notre étonnement quant au bref article de Mme Buzetti, intitulé "Musée des sciences et de la technologie du Canada – Une exposition sur les sables bitumineux financée par le lobby" publié le jeudi 29 septembre dernier. L'article porte fâcheusement ombrage à la réputation de notre institution en laissant croire qu'une intervention de l'industrie pétrolière canadienne ait pu corrompre le contenu de notre exposition Énergie : le pouvoir de choisir.

Le titre de l'article est réducteur et trompeur. En effet, l'exposition porte sur toutes les sources d'énergie, non sur les sables bitumineux, et cette manchette induit le public en erreur sur les faits mêmes qui sont en cause. Peut-être Le Devoir trouverait-il un égal intérêt dans les enjeux soulevés par l'exposition sur les autres sources tel les gaz de schiste, les filières nucléaire, solaire ou éolienne, et même l'hydroélectricité, pour n'en nommer que quelques-unes. Pour chacune des sources d'énergie présentées, les avantages et les défis sont documentés – les sables bitumineux n'ont pas bénéficié d'un traitement différent. Il n'appartient pas au Musée de promouvoir ou de dénoncer l'une ou l'autre des sources énergétiques. Ce choix appartient au public. Notre mission est de l'informer, particulièrement en regard des considérations scientifiques et technologiques afférentes à ces secteurs, et nous croyons l'avoir fait selon les règles de l'art.

L'exposition invite également le visiteur à réfléchir sur ses propre choix énergétiques. Les Canadiens sont les plus grands consommateurs d'énergie au monde. Le public méconnait souvent sa propre consommation et comment les considérations énergétiques sous-tendent toutes activités de la vie : travail, loisir, alimentation, etc. Nous interpellons les visiteurs sur ces enjeux énergétiques par des questionnaires interactifs, une « murale-twitter », etc.

Le Musée est jaloux de sa réputation d'autonomie et de qualité dans ses contenus. Comme plusieurs institutions à but non-lucratif et publiques, nous sollicitons la contribution du secteur privé pour mieux accomplir notre mission et offrir un service de qualité au public. Vous me permettrez même un parallèle avec le monde des médias, où le fait de devoir compter sur le secteur privé sous forme d'achats publicitaires, j'en suis sûr, ne remet pas en cause l'indépendance de la rédaction.

Le contenu de l'exposition a été préparé par nos propres conservateurs et validé par des experts indépendants externes et du milieu académique. Nous avons utilisé des artefacts technologiques et du matériel multimédia fourni par l'industrie afin de mieux illustrer notre exposition, mais non sans en avoir préalablement jugé de sa pertinence et de la justesse du propos. Nos conservateurs sont prêts à défendre le contenu de cette exposition et croient qu'elle mérite mieux que le procès d'intention de votre article.

Nous nous sommes interrogés sur la pertinence du commentaire de M. Guilbeault d'Équiterre. Celui-ci jouit certes d'une grande notoriété, mais, à notre connaissance, il n'a pas visité l'exposition. Si cela devait être le cas, vous conviendrez avec moi que recourir à lui pour commenter l'exposition soulèverait une question digne d'intérêt. Quoiqu'il en soit, son commentaire nous enjoignant d'utiliser des allégories « plus impressionnantes » pour dénoncer les sables bitumineux démontre bien sa pauvre compréhension du rôle des musées et la polarisation des débats énergétiques qui prévalent au Canada. Ironiquement, par ailleurs, ce commentaire amène de l'eau à notre moulin, alors que M. Guilbeault nous reproche d'évoquer une réalité factuelle (dont il ne nie pas l'exactitude) et déplore, finalement, que nous n'ayons pas pris parti en y allant d'une image démagogique. Il fait la démonstration, en somme, de notre objectivité.

Le Musée a posé un geste audacieux en développant une exposition sur un sujet aussi controversé, mais par ailleurs d'intérêt public, et nous nous attendions à être critiqués de part et d'autre. Et nous le sommes. Nous espérons pouvoir collaborer avec Le Devoir afin de donner aux Canadiens des informations claires et factuelles sur les enjeux énergétiques qui s'annoncent.

Votre article a un impact important sur notre réputation, et nous vous invitons formellement, ainsi que Mme Buzetti, à faire une visite complète de nos trois expositions sur l'énergie et à rencontrer notre équipe de conservateurs, afin de mieux vous faire connaître les motifs qui nous ont amenés à monter cette exposition et les objectifs que nous poursuivons.

Veuillez agréer, Madame, mes sincères salutations.

Présidente-directrice générale
Denise Amyot

- 30 -

Media contact:

Yves St-Onge, Vice-President, Public Affairs and Marketings
Canada Science and Technology Museums Corporation
613-949-2014
yst-onge@technomuses.ca